Un Casque bleu du contingent guinéen de la Minusma a été tué, ce dimanche, dans l’explosion d’une mine à Kidal, dans le Nord du Mali. Un décès qui survient alors que l’ONU discute sur le renouvellement du mandat de la mission de maintien de la paix dans le pays.

Alors qu’il participait à une patrouille, un Casque bleu de la mission des Nations Unies au Mali a été tué. Il faisait partie du contingent guinéen de la Minusma. «Il a d’abord été blessé et a succombé à ses blessures à notre hôpital de Kidal», a précisé à l’AFP un responsable de la Minusma, ayant requis l’anonymat. Sur Twitter, El-Ghassim Wane, a évoqué une «terrible nouvelle».

Le Représentant spécial pour le Mali de l’Organisation des Nations Unies déplore que «ce décès vient allonger la longue liste de nos collègues ayant perdu la vie dans le cours de leur service au Mali». Au total, 175 Casques bleus sont morts au Mali dans des violences. Avant ce drame, un Casque bleu de la mission des Nations Unies au Mali a été tué et trois autres blessés, le mercredi 1er mai dernier, dans la matinée. Leur convoi avait été attaqué à Kidal.

Une annonce faite sur les réseaux sociaux par Olivier Salgado, porte-parole de la Minusma, avait évoqué une attaque terroriste, précisant que «leur convoi a essuyé des tirs directs à l’arme légère et RPG (lance-roquettes) pendant environ une heure». A noter que ce nouveau décès survient dans un contexte tendu, alors que le renouvellement du mandat de la mission de maintien de la paix de l’ONU est au centre des discussions au sein de l’institution.

Amadou Makissa

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here